30 ans d'expérience
au service des usagers...

Je consomme du cannabis


Les consommateurs de cannabis peuvent développer une dépendance psychologique, la consommation de drogue devenant leur centre d'intérêt.  Leur seuil de tolérance augmente, nécessitant davantage de drogue pour obtenir les effets escomptés.

 

Présentation

Le cannabis est une plante. Le principe actif du cannabis responsable des effets psychoactifs (= qui agit sur le cerveau) est le THC (Tétra-Hydro-Cannabinol). Il s'agit de stupéfiants qui se présente sous forme d'herbe, de résine ou d'huile.

En savoir plus :

D'un plant de cannabis, trois produits sont dérivés :

 

- l'herbe (marijuana, ganja, beuh, ...) : composée des feuilles et des sommités fleuries de la plante (partie la plus riche en THC).

  • Couleur : vert grisâtre au brun verdâtre
  • Texture : ressemble à celle du thé grossièrement haché
  • Consommation : fumé (peut être mélangé au tabac)
  • Odeur : forte

 

- la résine (haschich, hasch, shit, chichon,...) : résine visqueuse produite par la plante et obtenue par battage des feuilles et des sommités florales sèches qui est ensuite compressée pour obtenir  un cube ou un bloc.

  • Couleur : de couleur brun pâle à noir, selon la provenance peut être également rougeâtre.
  • Texture : se présente sous forme de morceaux de consistance molle ou dure (appelé savon ou barre)
  • Consommation : fumé, seul ou mélangé au tabac ou à la marijuana, sous forme de cigarette (joint), à l'aide d'une pipe ou plus rarement sous forme de cigare.  Il peut aussi être inclus dans des biscuits ou des gâteaux appelé « space cake ».

 

- l'huile :

  • Couleur : vert foncé, marron ou noir.
  • Texture : il s'agit d'un liquide visqueux et goudronneux.
  • Consommation : les huiles sont généralement plus concentrées en cannbinoïdes pouvant atteindre des teneurs de 30% à 60% en THC. Les huiles sont plus rares et plus chères.

 

Usage

Il peut être fumé (seul ou avec du tabac), ou consommé en l'insérant dans un gâteau, ce qui s'appelle un « space cake ». Le cannabis peut-être inhalé à l'aide d'une pipe à eau ou « bang » ou « douille ». Cette méthode est choisie par les usagers pour le côté « défonce » recherchée, avec une dangerosité pulmonaire avérée.

En savoir plus :

Il s'agit d'un récipient (bang/douille) : dispositif avec deux conduits, un contenant de l'eau ou se plonge un deuxième conduit, et qui se poursuit par un receptacle.


Effets et Risques

L'effet principal du THC est de modifier l'humeur, les sensations et le comportement. Les personnes peuvent se sentir plus relax, joyeuses, insouciantes; mais l'euphorie peut facilement se transformer en crise d'angoisse, déprime, paranoïa et autres difficultés psychiques ou psychiatriques.

 

S'ajoute également une augmentation de l'appétit, un temps de réaction augmenté (réflexe moins rapide), une perte de mémoire à court terme (oubli des clefs, des cours tout juste écoutés,  …) et très insidieusement, s'installe une dimininution de la motivation pour les tâches demandant du travail, puis même pour les loisirs jusqu'alors appréciés.

 

En savoir plus :

Les effets du cannabis ne dépendent pas seulement du mode de consommation, de la quantité ou du taux de THC consommée, mais aussi de la personnalité de l'individu qui en consomme, de l'état d'esprit dans lequel il se trouve au moment de la consommation.


Fumé, les effets se font sentir en quelques minutes et durent de 2 à 4 heures. Avalé, ses effets peuvent prendre plus de 30 minutes à se manifester, et persister de 3 à 8 heures.

 

A court terme, la consommation de cannabis peut produire : des rougeurs de l'œil, des rires spontanés, de la somnolence, une augmentation de l'appétit, de la paranoïa, de l'anxiété ou de la panique légère, un problème de  coordination, des habilités motrices et temps de réaction moindres, une perte de mémoire à court terme, une augmentation du rythme cardiaque et une baisse de la tension artérielle (pouvant aller jusqu'à l'évanouissement), un assèchement des muqueuses buccales et de la gorge, irritation des voies respiratoires (lorsque le cannabis est fumé).


Le consommateur peut également éprouver : Des hallucinations (perception de faits ou d'objets qui n'existent pas); Des pseudo-hallucinations (perception de couleurs ou de formes pourtant reconnues comme irréelles par le sujet); Une forte agitation, une désorientation, des douleurs abdominales. La perception du temps et de l'espace sont déformés. Certains consommateurs se replient sur eux-mêmes, ou ressentent de la peur, rient sans raison apparente, souffrent d'anxiété, de dépression. La combinaison d'alcool et de cannabis on pour effet d'accroître les effets de l'un et l'autre et peut entraîner des troubles graves.

 

En soi, l'intoxication au cannabis n'est pas mortelle. Toutefois, le cannabis affecte la concentration, la perception, les réflexes et la coordination. Ces effets modifient la capacité d'une personne à conduire prudemment (autos, bateaux, motoneiges, etc.) ou à utiliser tout appareil ou machinerie.


Au long terme : En cas de consommation régulière et fréquente, la concentration, la capacité d'apprentissage, la mémoire à court terme, la capacité de conduire,  sont toutes fortement affectées, et  peuvent être perturbées encore pendant 24 heures après la consommation.


Les effets psychologiques comprennent des réactions de panique,  le syndrome amotivationnel (réduction de l'ambition et de la motivation). La marijuana est nocive pour le système pulmonaire car elle emplie les poumons de trois fois plus de goudron et de cinq fois plus de monoxyde de carbone que la cigarette. Le THC atteint particulièrement les tissus conjonctifs, les poumons, les organes sexuels et les neurones.


Avec une augmentation de la dose, les consommateurs font l'objet d'hallucinations, de paranoïa et ont des réactions de panique. Les symptômes s'aggravent chez les personnes souffrant de problèmes psychiatriques et plus particulièrement de schizophrénie.

 

Nos propositions

Les consommateurs réguliers de cannabis peuvent développer une dépendance psychologique, la consommation de drogue devenant leur centre d'intérêt. Les professionnels psychologues du Centre de Soin de VRS sont formés pour vous aider à réduire voire arrêter votre consommation, comprendre avec vous ce que ce produit prend comme sens dans votre vie.

 

Faire un premier pas vers les soins nécessite un accompagnement psychologique. Ce dernier vous sera proposé par notre équipe de psychologues qui vous accueillera en toute confidentialité et sans jugement.

 

L'équipe de VRS est à votre écoute dans le respect de l'anonymat de la confidentialité. N'hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact.